vendredi 16 novembre 2012

AMOUR, TOUJOURS ?

Contribution dans le cadre du 24ème Forum Le Monde - Le Mans, les 16-17 et 18 novembre 2012.

Amour, toujours ?

A l’évidence le mot a été accolé pour les besoins de la rime...Tel est le constat lucide d’un maire qui au Mans, comme ailleurs, célèbre des mariages suivis d’un taux d’échecs importants.
Aucun autre service que celui de l’Etat Civil ne pourrait survivre à d’aussi faibles performances.
Rassurez-vous cependant, malgré notre niveau de réussite modeste, nous maintiendrons au Mans la continuité du service public destiné aux mariages.
Ce constat lucide est éclairé par une conversation récente que j’ai eue avec un ami japonais sur la comparaison entre le mariage en France et le mariage au Japon.
Mon ami japonais me faisait remarquer qu’en France le mariage commence de façon brûlante alimenté par la passion et par l’amour, pour parfois au fil du temps, se refroidir lentement, alors qu’au Japon, le mouvement est inverse.
Au départ prévalent des rituels souvent assez compassés et froids et les choses se réchauffent au fil du temps… N’oubliez jamais l’intérêt de la formule japonaise, utilement conjugable avec la nôtre, au nom du croisement des cultures.
Au-delà de ces remarques, je me garderai bien d’engager le débat sur la portée, la signification et les limites du sentiment amoureux qui va faire l’objet de vos échanges pendant trois jours.
Pour mon propos d’ouverture j’ai préféré me tourner vers un sujet qui ne me paraissait pas totalement traité par le forum :
- Quelle est la place prise par l’amour du côté des Dieux ?
Ce sujet est intéressant dans les deux hypothèses :
celle où les Dieux ont fait les hommes à leur image comme celle où les hommes ont fabriqué les Dieux à leur mesure.
Lors de cette promenade parmi les Dieux, j’ai fait une découverte étonnante. La référence à l’amour y est largement absente.
Dans le Panthéon grec, les rapports entre Ouranos, Chronos et Zeus, les Dieux primordiaux, sont marqués par tous les sentiments, sauf par celui l’amour.
Chronos châtre Ouranos, son père. Quant à Zeus, il place une pierre dans le ventre de son père qui avait pour fâcheuse tendance de manger ses enfants.
Si l’amour est absent, l’érotisme est à l’évidence très présent dans le Panthéon grec parfois à travers l’inceste et la zoophilie, qui feraient relever certains Dieux grecs de la correctionnelle ou des assises.
Pénélope est seule à sauver l’image de l’amour à travers la fidélité.
Du côté du Panthéon celte, Wotan et Odin, représentent les Dieux du savoir et de la guerre, Thor un Dieu de la foudre.
Asur entre le Tigre et l’Euphrate incarne la bonté, mais pas l’amour.
Chez les Egyptiens Amon porte la fidélité et Aton la sagesse.
Chez les Perses, Mazda, et oui Mazda est un Dieu, pas seulement une pile ou une voiture, incarne la lumière et Anéhémar l’obscurité.
Dans ce parcours, nous croisons des Dieux de la connaissance, de la fertilité, de la force, de la sagesse, de la violence, l’essentiel étant de révéler la puissance divine pour dominer les hommes et légitimer la sanction des Dieux.
L’idée que Dieu est amour, issue de la pensée judéo-chrétienne, apparait par contraste comme révolutionnaire au moment où elle va se développer, il y a plus de 2 000 ans.
Le commandement de l’amour de Dieu et de l’amour du prochain, est continu dans le livre du Lévitique : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Il n’y a pas de commandement plus grand que cela ». (Evangile de Marc - Chapitre 12 – Versets 29 à 31)
Un Dieu d’amour se substitue à un Dieu de la puissance. Certes, cette mutation ne s’est pas toujours traduite par une mutation du comportement au niveau des hommes.
Ce Dieu bienveillant qui ne jette pas la première pierre, ce Dieu pourrait consolider son image révolutionnaire, parmi les Dieux en évitant la condamnation du mariage pour tous.

lundi 30 avril 2012

L'EUROPE DES PERES FONDATEURS

Dans le débat européen, il serait utile de revenir à deux des principes fondateurs du Traité de Rome.

L’existence d’un tarif extérieur commun (TEC), c'est-à-dire d’une barrière douanière raisonnable autour d’un marché unique.

L’existence, à l’Article 117 du Traité, du principe « d’harmonisation dans le progrès des statuts sociaux des travailleurs ».

dimanche 29 avril 2012

NICOLAS SARKOZY SE CONTREDIT (suite)

Si Nicolas Sarkozy a changé de position sur le vote des étrangers, c’est qu’il n’a aucune conviction et qu’il est toujours prêt à en changer lorsqu’il part à la pêche aux voix.

Ce comportement n’est pas très conforme à la stature d’un président dont on doit attendre de la continuité.

Comments system

Disqus Shortname